dimanche 15 décembre 2013

déchets ménagers et vidéoprotection à Avranches : no problemo!

Quelles réunions, mes amis!
Les deux que j'ai présidées et animées ces deux dernières semaines.
L'une concernait un conseil de communauté de communes à Avranches samedi 7 décembre et l'autre un conseil municipal aussi à Avranches lundi dernier.
Elles m'ont exténué. Mais quelle rigolade a posteriori.

Comme vous le savez, je suis le président de l'intercom et maire d'Avranches. Je suis également député de la circonscription. Je suis comme on dit un «cumulard». Mais j'assume.
Et vous vous imaginez bien tout le mal que je pense de la loi qui va interdire en 2017 le cumul des fonctions publiques, adoptée à l'Assemblée Nationale le 20 novembre dernier. 
Pour une fois, j'avais fait le déplacement au Palais Bourbon pour voter contre ce stupide projet de loi.

Vous comprenez que n'ayant pas le don d'ubiquité je ne peux être présent à la fois à l'Assemblée Nationale, en mairie ou au siège de la communauté de communes.
Je suis ainsi un élu exerçant ses mandats à temps partiel mais payé à temps plein. Beau métier que celui de «politicard cumulard», n'est-ce pas?
Les gens du sud Manche peuvent me critiquer, je m'en fiche, ils voteront d'une manière ou d'une autre pour moi. 
Le territoire est de droite. Quoique je fasse ou que je dise en bien ou en mal, ils voteront pour moi qui suis de droite. C'est ce que l'on appelle l'instinct grégaire.

Les cons mais quel bonheur! Ma longévité politique est assurée.
Au pire je fais venir une étape ou un passage du Tour de France à Avranches tous les 2/3 ans, c'est quelques points de plus dans les sondages ... 
Comme les jeux du cirque sous l'Empire romain, les courses de vélo plaisent au bon peuple qui vous le rend bien.


Pourtant, je leur ai fait avalé des couleuvres ces derniers années. Que ce soit sur la THT ou les barrages sur la Sélune. Et plus c'est gros plus cela marche.
Et je ne parle pas des déchets ou de la vidéosurveillance, houps pardon la vidéoprotection (c'est politiquement plus acceptable) à Avranches.
Deux dossiers abordés lors des deux réunions sus-mentionnées.

Vous savez en mars prochain, même si je ne l'ai pas officiellement annoncé, je me représenterai pour la troisième fois aux municipales à Avranches. 
Mon élection devrait être une formalité même si une liste concurrente dénommée «Avranches avranchin 2014 2020» pourrait me faire un peu d'ombre au soleil.
Je ne suis pas trop inquiet. 
Maire à deux reprises et député de surcroît je dispose, comme on dit, de la «prime au sortant». 
Et puis j'ai un bilan. Contrasté il est vrai. Qu'il va falloir redoré.
Qu'il concerne le Scriptorial, mon musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel, qui peine (c'est un euphémisme) à trouver son public et dont je refuse à communiquer le budget recettes/dépenses et son déficit. 
Ou la vidéoprotection. Ce sujet interpelle les avranchinais. 
Le système actuellement en cours d'installation comprendra 9 caméras. Pour un coût modique (je plaisante) de 105.000€ HT. C'est le cadeau de Noël que j'offre à mes administrés. 
Ils peuvent me remercier. Ils vont pouvoir dormir tranquille.

Entre-nous (mais vous le répéterez pas) la vidéoprotection a Avranches est une connerie sans nom et difficilement justifiable. Pourtant le projet est passé comme une lettre à la Poste.
Petit retour en arrière à l'époque ou Sarko était président. Un programme de triplement du nombre de caméras de vidéoprotection en France était engagé par l'Etat. Naturellement les maires encartés au PMU ont été vivement sollicités à contribuer à l'atteinte de l'objectif. 
Le problème est comment vendre le projet aux avranchinais. Avranches n'est pas réputée pour être une ville où la délinquance sévit. Bien au contraire. 
En juin 2011 un officier de la Gendarmerie déclarait, avec des statistiques de baisse de la délinquance à l'appui, «Avranches est une ville tranquille», formule reprise en gros titre par les canards locaux.
L'imbécile, sa déclaration allait à l'encontre de mon argumentaire pour justifier le projet.
J'étais à l'époque en train de travailler en catimini sur le dossier. Il a fallu triturer les chiffres, trouver les bonnes périodes, pour montrer que le nombre d'actes délictueux augmentait en ville, que l'insécurité est un fait et que la vidéoprotection est une des solutions pour y remédier.
Et quand le projet a été présenté en septembre 2011 en conseil municipal, mes conseillers municipaux, à ma botte, l'ont adopté sans poser trop de question. Qu'ils en soient remerciés.
Les mouvements de gauche et associations m'ont reproché sur une question qui intéresse les libertés publiques de ne pas avoir organisé un débat public. Et pourquoi pas un référendum tant qu'on y est? 
Je suis le maire et je fais ce que veut. Que cela plaise ou pas.
Heureusement deux ans plus tard deux agressions sont intervenues dans le quartier Saint-Gervais.
Justifiant a posteriori mon argumentaire.
Et là j'y vais de ma rhétorique et élément de langage que je martèle à qui veut l'entendre, repris notamment dans Ouest France 04/10/2013) et redis lors du dernier conseil municipal : «la pire des choses, c'est la politique de l'autruche qui consisterait à nier qu'il n'y a pas eu depuis 10 ans d'augmentation des actes de délinquance».
Personne n'ira vérifier si c'est vrai. Et puis si c'est faux je dirais 20 ans, 30 ans, ... au pire depuis la naissance de Jésus Christ!
Heureusement persone ne m'a interrogé pourquoi aucune caméra n'était prévu dans le quartier Saint-Gervais, haut lieu de la délinquance. 
Je compte sur votre intelligence pour ne pas me le demander.
Pour votre information, les 9 caméras seront disposées aux endroits suivants: un sur le balcon de la mairie, quatre rue de la Constitution, deux dans les environs de la place Carnot et deux autour de la place Patton.  

Le sujet qui m'inquiète le plus pour les municipales est le dossier des déchets ménagers sur le canton d'Avranches. Même si ce dossier est de la compétence de la communauté de communes, il impacte la vie quotidienne des habitants de la ville.
Et là, tout le monde y va de sa critique, même les élus c'est pour dire.
D'accord le système de collecte et tri des déchets surtout en apport volontaire n'est pas parfait et génère des contraintes et nuisances pour les administrés. 
Les gens râlent parce qu'ils doivent prendre la voiture pour déposer leur ordure dans les conteneurs et qu'ils se salissent les mains, que les anciens ou les personnes à mobilité réduite ne peuvent se déplacer au point de collecte en raison de leur âge ou de leur handicap. 
Une autre menace de faire la grève de la faim à cause des ruissellements et odeurs dans sa maison venant des conteneurs situés à proximité.
Que le système d'ouverture des conteneurs ne marche pas ou qu'ils sont plein obligeant les personnes à faire des kilomètres en voiture pour trouver un autre lieu. 
Et je ne parle pas de l'association subversive le Trop plein qui cristallise la contestation. La polémique qu'elle entretient sur ce dossier n'est que «politique politicienne» - expression que j'utilise quoisiment systématiquement quand on me critique ou cherche à me nuire. Du grand classique quand on fait de la politique.
Il parait que cette association va prochainement organiser une réunion publique pour mener une action, d'après un de mes informateurs. 
Pour reprendre l'expression d'une (proche) élue lors d'un conseil municipal «il y en a qui n'ont pas grand chose à faire».

Concernant les déchets, je dis que la monde ne s'est pas fait en un seul jour et que le système s'améliore.
Mais à l'allure des changements, je ne peux garantir qu'en 2020 tous les problèmes soient résolus.
En attendant je compte sur le civisme des gens. Il est intolérable qu'ils déposent leurs sacs de déchets en vrac au pied des conteneurs. 
Il faut se déplacer dans le quartier Mermoz à Avranches. on se croirait à Naples et dans le sud de l'Italie vu l'amoncellement des sacs de déchets. Quelle image pour la ville!
De même les administrés doivent mieux trier leurs déchets. La mauvaise qualité du tri coûte chère à la collectivité. 
Et je n'hésiterai pas à publier sur le site internet de la ville, comme je m'y suis engagé il y a quelques mois, les noms de ceux qui ne respectent pas le système mis en place et les consignes de tri. 

Mais à quelques mois des municipales, je ne peux me permettre de dire que le système fonctionne mal. Il faut adopter la méthode coué et dire que tout va bien ou presque. Il faut toujours avoir une posture positive. Je l'ai appris cela en formation des élus et cadres du parti.

C'est ce que j'ai déclaré lors du dernier conseil de communauté de communes d'Avranches de l'année et de son existence (au 1er janvier 2014 l'intercom sera intégré dans la superstructure communautaire «Avranches le Mont-Saint-Michel» - on y reviendra). 
Et excellemment repris dans la presse locale. Un journal titre : «Nouveau tri sélectif : un premier bilan positif» reprenant mes propos sur les 79 points de collecte installés sur le territoire, seuls 10 posent problème.
Ainsi tout va pour le lieux dans le meilleur des mondes ... n'est-ce pas?
J'en ris encore.

Sur ce, je dois conclure, il y a à la télévision «On continue à l'appeler Trinita», un film avec Terrence Hill et Bud Spencer, deux acteurs que j'adore avec Christian Clavier.
J'allais oublier, naturellement je compte sur vos suffrages aux élections de mars prochain. 

votre bien dévoué Gwénaouel.


guénhael huet député maire Avranches

vendredi 9 août 2013

Le Tour de France 2013, Avranches, Thierry Olive et Noël Jamet : inoubliable!!!

Enfin je suis en vacances et je vais pouvoir m'occuper de mon blog officiel, délaissé depuis des mois.
Que voulez-vous, les journées ne font que 24 heures et avec tous les mandats que j'occupe à temps partiel (mairie, communauté de communes et assemblée nationale) mais payés quoisiment à temps plein je ne sais plus où donner de la tête.
On voit le résultat sur le terrain avec tous les dossiers qui prennent du retard (vidéoprotection ou vidéosurveillance à Avranches, terrain de camping à Vains, ...) ou géré de manière chaotique (déchets ménagers, ....)
Alors vous comprenez le blog ne fait pas partie de mes priorités. Malheureusement.
Pourtant il y aurait tant de choses à dire de mon activité politique. Mais chaque chose en son temps.

L'article du jour sera consacré au Tour de France qui a fait étape à Avranches mercredi 10 juillet 2013, il y a presque un mois jour pour jour.
Un moment historique pour la ville.
Les avranchinais(es) ne sont pas prêts d'oublier le contre-la-montre individuel entre Avranches et le Mont-Saint-Michel.
Le spectacle a duré toute la journée, il était gratuit, il faisait beau et la ville a été le temps d'une journée mondialement connue dans le sud Manche.


Comme vous savez le cyclisme, comme aurait dit le regretté journaliste et chroniqueur du tiercé Léon Zitrone, c'est mon "Dada".
Quand à l'âge bête, je me suis rendu compte que je ne serai jamais un champion de vélo à l'image de Richard Virenque ou de Lance Armstrong, j'ai changé de braquet et me suis dit «Gwenaouel tu vas faire de la politique» ... mais à l'ancienne.
Celle qui a fait de tout temps ses preuves, à savoir un mix de populisme, d'opportunisme et de clientélisme ... avec un zeste de cyclisme. Cette politique porte un nom : le Houetisme.

Car je n'ai jamais oublié les courses de vélo surtout depuis que je suis entré en politique.
Ce que vous donnez au cyclisme, il vous le rend au centuple.
Le sud Manche, comme j'aime à le rebâcher à tout bout de champ, est une «terre de cyclisme».
On ne compte plus les courses de vélo le dimanche même dans les villages les plus reculés du mortainais, c'est pour dire.
Alors quand on me voit, le dépouté de la circo, sur la ligne de départ ou sur le podium à l'arrivée ça fait le gars qui s'intéresse.
Et ça, ça plaît aux gens de la campagne et des bourgs.
Et quand il y a des élections, c'est tout bénéf! 
Eh oui dans le sud Manche les gens votent plus sur ma présence à ces manifestations sportives et mes idées bien réacs, que sur mon absentéisme chronique à l'Assemblée Nationale, mes tergiversations sur les dossiers locaux perdus (THT, barrages sur la Sélune, ...) (lire ce blog).
Les cons! mais je vais pas m'en plaindre.

Comme vous le savez en mars 2014, il y aura les élections municipales. Je remettrais mon mandat de maire en jeu.
Mais vous me connaissez, je vais faire durer un peu le suspens. «Irais-je», «n'irais-je pas» ma décision n'est pas encore prise.
Il y a la future loi sur le cumul des mandat en cours de discussion au Parlement qui ne s'appliquera pas avant 2017, blabla, ...
Il faut être crétin pour croire que je ne serais pas sur ma liste.

Donc avec les élections qui se profilent dans quelques mois et vue ma côte d'amour qui plonge comme celle de l'argus pour mon ancienne Laguna, il fallait réagir.
Le dossier des déchets sur Avranches et sur le territoire de la communauté de communes dont je suis président passe mal auprès du grand public et fait l'objet de nombreuses polémiques.
«Politique politicienne» je clame haut et fort dès qu'on ose me critiquer. Du grand classique quand on est en responsabilité.

Quoi de mieux pour calmer les esprits et redorer son blason que de faire venir le mythique Tour de France à l'occasion de son centième anniversaire, même si avec toutes les affaires de dopage passées et à venir, on ne saura jamais si le classement final sera définitif ...
Mais qu'importe la manifestation est populaire, et cadre bien avec ma devise qui a fait ses preuves, je le rappelle pour ceux qui auraient oublié : «populisme, opportunisme et cyclisme».

Pour obtenir une étape à Avranches du Tour de France, j'ai du faire du lobbying comme pas possible.
Les avranchinais doivent savoir que j'ai le bras long pour les affaires majeures intéressant le cyclisme ou la pétanque.
Mais un peu court pour des questions mineures concernant la ligne THT ou les barrages sur la Sélune, ...
On ne peut être bon et avoir ses entrées partout!

L'étape Tour de France à Avranches acquis, il a fallu expliquer aux avranchinais la chance d'accueillir d'une telle épreuve pour la ville, ses habitants et commerçants et naturellement minimiser les inconvénients.
Pour cela j'ai un argumentaire communiqué par je ne sais plus par qui (je crois par ASO, la société organisatrice de l'évènement).
La ville va être mise en lumière par 560 médias dont 100 chaînes de TV à travers la planète, regardée par des centaines de millions de téléspectateurs.
Cette médiatisation va faire venir du monde dans la ville le jour de l'épreuve et après.
J'ai annoncé que près de 30.000 spectateurs devraient converger à Avranches la journée du 10 juillet, comme j'ai prédit en son temps une fréquentation annuelle de 50.000 visiteurs (j'en ris encore) pour le Scriptorial, le musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel. Il en reçoit péniblement 30.000 ...

Il faut se rendre à l'évidence que mes chiffres, comme d'habitude, étaient gonflés.
La rue de la Constitution était par endroit clairsemée notamment en remontant vers la place Patton.
Et puis autant de spectateurs en ville (soit plus de 4 fois la population de la cité) auraient eu des incidences au niveau de la consommation dans les bars et restaurants.
Cela n'a pas semblé être le cas d'après les tauliers. «C'était un jour à peine plus fort qu'un mercredi normal» disent-ils.
Ils ne sont jamais contents comme les autres commerçants qui ont baissé le rideau et perdu un jour de chiffre d'affaires.

En fin bonimenteur, je leur ai déclaré que les retombées vont se faire dans les jours et semaines à venir.
Entre-nous si le Tour de France générait des effets commerciaux ça se saurait.
Croyez vous que les téléspectateurs une fois le Tour de France terminée vont visiter les villes «étapes».
Il faut être un peu naïf pour le croire.
Promettre des retombées touristiques c'est du pipeau, mais ça marche à tous les coups.

En tout cas j'ai mis les moyens pour que la fête soit belle.
Les employés municipaux depuis des semaines ont été sur la brèche.
Ne me demandez pas combien cela a coûté à la ville et donc aux contribuables, je ne vous répondrais pas.
Le montant serait «indécent», pour reprendre une expression de la marionnette Nicolas Sarkozy aux Guignols de l'info sur Canal+.

Je vais encore devoir supporter les remarques déplacées de certains, style :
«vous ne comptez pas la dépense et l'utilisation de personnel de la ville pour le Tour de France mais vous refusez de mettre à disposition quelques agents de la ville pour monter un chapiteau pour une manifestation caritative (le Téléthon) obligeant cette dernière à trouver une autre ville d'accueil».
Je réponds : chacun sa priorité et puis je suis le maire je fais ce que je veux.

Encore que.
Aujourd'hui, chacun peut admirer sur la façade de l'Hôtel de Ville les deux panneaux géants représentant chacun un maillot jaune avec la mention «Avranches aime le Tour» style «I love New-York» avec le petit coeur de couleur verte.
C'est beau, non?
A l'origine je souhaitais le projet suivant :

Cette simulation convaincante a été réalisée par une société de communication.
Elle n'a pas eu le succès escompté auprès de mes proches.
Mes fidèles adjoints Brigitte, André dit Dédé et Bruno, toujours prêts à me signer des attestations de complaisance, ne l'ont pas apprécié. Mais pas du tout.
«Gwenaouel t'aurais pas les chevilles qui enflent?», «tu ne serais pas devenu mégalo?», «t'as fumé de la beuh?» ou «t'as mal aux cheveux» plaisantent-ils, poursuivant «d'accord le Tour de France à Avranches c'est grâce à toi mais quand même ...».
Le projet est mort-né. Dommage car il avait de l'allure.

Je dois maintenant péniblement évoquer la séquence qui a fait bondir une minorité de personnes soit-disant «bien pensantes» et qui de ce fait a gâché ma belle fête.
Au lendemain de l'étape on ne parlait que de cela en ville : pas du nom du vainqueur de l'étape dont personne ne se rappelle mais de la présence de deux stars locales en direct sur un plateau télévisé. 

Il s'agit vous l'avez deviné de Thierry Olive découvert dans le réalité-show «l'Amour est dans le pré» sur M6 et de Noël Jamet, multiple champion du monde du cri du cochon.
Les deux personnages étaient les invités de l'émission «Village départ» de France 3 retransmise devant l'Hôtel de ville.
Certaines personnes ont été scandalisées, choquées de voir la prestation pathétique des deux clowns à Avranches, que cela donnait une image grotesque de la ville et de la région, et j'en passe et des meilleures.
«Les Grands mots!» je dis.
Il faut savoir relativiser. J'ai vu des extraits vidéo de l'émission sur le blog avranches (dés)informations (dont je vous déconseille par ailleurs d'aller visiter).

La vidéo la voilà : 

Personnellement j'ai trouvé cela plutôt drôle, à l'image du public qui applaudissait à tout rompre.
Mais cela je me suis bien gardé de le dire ou de le faire savoir dans la presse.
Nombreux sont ceux et celles qui se sont plaint par téléphone, par courriel en mairie, il y en a même qui ont écrit à France 3 ou à la presse locale (1) scandalisés par le choix des invités. 
Comme je dis souvent des empêcheurs de tourner en rond : «il y en a qui n'ont pas grand chose à faire».   

Face à la polémique naissante il a fallu réagir. J'ai dit aux journalistes locaux (cf. Ouest France du 13 juillet) dixit «la ville n'a pas été consultée. C'est France Télévision qui s'est chargée de trouver les invités».
Bon il est vrai que les médias locaux avaient annoncé la présence de Thierry Olive quelques jours plutôt (lire ici).
En qualité de maire (et de dépouté de surcroît), soucieux de l'intérêt et de l'image de la ville, j'aurais pu exiger de France 3 de trouver d'autres invités plus valorisant pour la ville et la région.
Je ne l'ai pas fait. Je trouvais que la venue des deux invités de marque étaient en accord avec la manifestation et à l'esprit populiste que je veux marquer sur la ville. 


Il est vrai que le sud Manche regorge des personnalités qui auraient pu mériter d'être sur le plateau de France 3. Je pense entre-autre à Jean Dauvin, autre champion du monde mais d'accordéon.
D'autres m'ont suggéré après coup d'autres noms tels les érudits locaux François Saint-James guide-conférencier au Mont-Saint-Michel ou son compère David Nicolas historien avranchinais. «Ils auraient représenté chacun les communes départ et arrivée de l'étape» argumentent-ils. 


Sauf que le dernier, David Nicolas ou David Nicolas-Méry comme il aime à se dénommer, je ne le porte pas trop dans mon estime.
Je le connais bien, il a travaillé pour moi, à la ville d'Avranches au service du patrimoine.
Je le soupçonne fortement de ne pas avoir les mêmes idées que moi.
Et quand j'ai quelqu'un en grippe, c'est plus fort que moi, je vais tout faire pour le nuire.
Justement je viens de retrouver récemment une lettre de l'intéressé (lire ici) empilée sous un tas de courrier.
Agent territorial du patrimoine et reçu au concours d'«assistant qualifié de conservation du patrimoine», il me demandait de le nommer sur un poste vacant en rapport avec l'intitulé du concours, ce qui lui permettait de d'évoluer d'un poste de catégorie C à B, plus rémunérateur.
Qu'est-ce qui s'est passé à votre avis. J'ai fait le mort. Je n'ai pas répondu à sa lettre (comme aux précédentes) et donc n'ai pas fait droit à sa demande.
Ainsi il a perdu ainsi le bénéfice de son concours.
Il ne faut pas dramatiser, il est encore jeune, des concours il en repasseras d'autres. 

Au final il a trouvé un autre poste à Granville. Bon débarras. Je ne vais pas le regretter.
Même s'il parait que le poste à Avranches est toujours à pourvoir ... 


Je disais dans la presse locale  (cf. OF 13 juillet) que le Tour de France générera pour Avranches «des retombées en terme de communication». On peut en douter.
Tout ce que les médias ont retenu ce sont les prestations des deux vedettes. A l'exemple du Midi libre dont un article titre : «il imite le cri du cochon devant Arielle Dombasle, estomaquée !» ou du Nouvel Obs / Rue 89 - «j'ai regardé Village départ l'apéro beauf de France Télé».

Je ne suis pas inquiet des suites de cette séquence pour mon avenir et pour les municipales.
Car comme pour le reste les avranchinais ont la mémoire courte.
Dans quelques semaines ou quelques mois, ils auront tout oublié.

Mes électeurs et électrices avranchinais je vous aime et vous donne rendez-vous en mars prochain ...   
 




renvoi : (1) extrait de la Manche-Libre, édition Avranches datée du 20 juillet 2013 :
[...] Mais le vrai point noir est venu de l'émission de France Télévision "Village d'étape" diffusé entre 13 et 14h. «C'est une honte, on va nous prendre pour des ploucs, les bretons vont se moquer de nous, moi je change ma plaque d'immatriculation!» s'égosille un avranchinais outré par les invités choisis par France Télévision pour illustrer Avranches : le champion de France du cri du cochon et Thierry Olive de l'amour est dans le pré! Les habitants sont nombreux à avoir fait part de leur mécontentement. «Mais qui a choisi de les inviter? Nous avons plein de personnalités ici qui auraient pu représenter notre région!» déclarent les avranchinais. Un habitant de Lolif, Alain Marie dit Liot nous a écrit à ce sujet. «Il (Thierry Olive) a donné une image grotesque des gens de notre région. Mais le comble est arrivé avec un autre représentant du monde agricole imitant le cochon. Si encore il s'était borné à imiter tout simplement le cri sans son accoutrement ça aurait pu passer, mais non il a imité une truie mettant bas. A ce moment là mon épouse s'est caché les yeux avec la main, tellement elle a eu honte.» Et à Arielle Dombasle d'enfoncer le clou en direct. «Je suis ravi de découvrir la France profonde ...» 
guénhael huet député maire Avranches

samedi 11 mai 2013

le mariage homo, gay, lesbien, ... le député Gwénaouël Houet est contre

«[...] vos enfants et petits-enfant incluent déjà [la légitimité des couples de même sexe à se marier et à adopter] et les incluront de plus en plus.
Et vous serez bien mal à l’aise lorsque, par curiosité, ils liront les comptes rendus de nos débats !
» 


Elle n'a pas tort Christiane Taubira la Ministre de la Justice dans son exposé-plaidoyer sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de  personnes de même sexe prononcé à l'Assemblée Nationale le mardi 29 janvier 2013.
Quand mes petits enfants, en âge de comprendre, consulteront mes prises de positions sur ce sujet, ils tomberont de bien haut. Et sur d'autres  thématiques aussi.
«Pépère Gwénaouël, quel gros réac!» diront-ils.

Le pire c'est qu'ils n'auront pas tort. Mais j'assume.
 

Malgré que je sois de droite, reconnaissons que le discours sans note de la Garde des sceaux a été un moment historique.
J'invite chacun et chacune «sans esprit partisan» à lire ici ou à regarder la vidéo en cliquant ici


Bon vous aurez compris je suis contre le mariage homosexuel et lesbien.
J'ai fait ma dernière campagne des législatives notamment sur ce thème.
 

Dans le sud Manche catho et conservateur je ne vais pas aller à l'encontre de mes électeurs.
Il faut me comprendre.
La politique c'est mon métier. Et mes mandats d'élus mon seul gagne pain.
Et plus j'ai de mandats plus je gagne. Le jack-pot en quelque sorte.
Voilà pourquoi je suis pour le cumul des mandats.
Et que j'enquille sans état d'âme les fonctions de député, maire et président de communauté de communes à Avranches.
Et je ferais n'importe quoi pour conserver les jobs comme dirait Barack Obama.
Comme torpiller la campagne de Jean-François Le Grand aux élections régionales de 2010 pour me débarrasser d'une assistante parlementaire bien encombrante (lire ici).


Pour revenir au mariage pour tous, mon opposition est purement tactique. Simplement pour satisfaire mon électorat.
Comme tout le monde ou presque je ne suis pas homophobe, même s'il est vrai que pour faire la fête, je ne m'inviterais pas aux soirées Scream à Paris.

Et pour donner des gages à mes électeurs, je n'ai pas hésité à organiser une réunion publique à Avranches (j'en ai raconté des conneries comme dire que sur les futurs livrets de famille on trouvera les mentions parent n°1 et parent n°2 à la place de mère et père > écouter ), à défiler à Paris avec la manif pour tous, à publier des tonnes de communiqués de presse et même pris la parole au perchoir de l'Assemblée Nationale.
Ce dernier point, j'étais remonté comme une pendule devant mes collègues dans l'hémicycle.
A singer André Malraux avec mes grandes envolées lyriques.
Lisant mot-à-mot mon texte annonçant l'apocalypse j'étais un peu ridicule quand je revois la vidéo malheureusement tronquée. Sans avoir sa classe, j'ai comme Taubira, à la fin de mon allocution, lu une citation (à deux balles) du grand «sage» René Descartes malheureusement disparu, extraite d'un recueil acheté 1,99€ à la librairie Gibert Jeunes dans le quartier latin à Paris.
«Il vaut mieux changer ses désirs que vouloir changer l’ordre du monde».
Mais sur la vidéo la citation est coupée. Pas malins les fonctionnaires-informaticiens du Palais Bourbon.
Mon intervention web ou vidéo :






Au final, j'ai voté contre le projet de loi le 23 avril 2013 (lire ici), même si j'ai failli me tromper de bouton et voter pour, comme Henri Guaino. La honte!

Il est vrai que si la seconde circonscription de la Manche était pro-mariage homo et athée, ma position aurait été naturellement différente.
Vous avez compris, j'agis toujours dans le sens du vent. Mes idées et mes engagements sont celles de mes électeurs.
Un opportunisme assumé.
Pourtant depuis 2007 j'en ai fait avalé des couleuvres à mon électorat.
A l'exemple des projets de construction de la ligne THT Cotentin-Maine ou d'arasement des barrages sur la Sélune (lire ici).
J'ai soutenu (pas longtemps) les opposants à la ligne THT 400.000 volts face à RTE et à l'Etat en exigeant l'enfouissement de la ligne sur la commune de Chevreville.
Au passage personne ne se rappelle (et c'est tant mieux) à l'époque où j'étais conseiller général et vice-président du CG50, j'étais favorable à la création de l'EPR de Flamanville dont la ligne THT est la conséquence ...  


Concernant l'arasement des barrages je suis solidaire de l'association les amis du barrage. Je dis et je le répète qu'il faut préserver les barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit, quitte à ce que l'Etat et EDF soient condamnés à de lourdes amendes par la justice et l'Europe. Je m'en fiche ce n'est pas moins qui paierait.  

Sur ces deux dossiers je n'ai pas hésité pas à faire croire que la victoire était au bout du chemin avec des slogans chocs :
«Rien n'est perdu, il y a de l'espoir.
Il faut rester solidaire derrières les élus.
Mobilisés il est possible retourner la situation face aux technocrates des ministères parisiens, des administrations centrales et déconcentrées.
David peut encore triompher de Goliath
...
».
Les grands naïfs!
Mais qu'est-ce que j'ai pu rigolé avec Brigitte, Bruno et André, mes adjoints à la mairie  quand je leur racontais comment tous et toutes gobaient et buvaient mes belles histoires et mes beaux discours.
A en pleurer ... 


Sur les deux dossiers, on a vu les résultats.
La ligne THT vient d'être mise en service il y a quelques jours.
Et sur la question des barrages je commence à retourner ma veste (une fois de plus - lire ). Si le 24 janvier de cette année j'ai rappelé une nouvelle fois au ministre de l'Ecologie mon opposition à la destruction des barrages (regarder ), quelques mois plus tôt - en octobre 2012 - j'ai soutenu l'initiative du sénateur et collègue Jean Bizet président du Pays de

la Baie du Mont-Saint-Michel de piloter le dossier de la revitalisation de la vallée après la suppression des barrages au détriment du SAGE de la Sélune présidé par le maire de Saint-James Michel Thoury.
Vous ne comprenez pas mon revirement là non assumé.
Ce n'est pas grave. Vous voterez quant même pour moi aux législatives de 2017, même les militants de l'association des amis du barrage. Surtout après le passage de «mon» Tour de France cet été dans l'avranchin.
Mes ami(e)s les électeurs du sud Manche je vous adore.

lundi 1 avril 2013

moi Gwénaouël Houet s'engage à communiquer le budget du Scriptorial et la réserve parlementaire


Après plusieurs mois de silence, et 70.000 visites en un an, le blog reprend enfin du service.
Je ne sais plus où donner de la tête avec tous mes mandats publics. 
Limite burne-out, même si j'évite les expressions anglo-saxonnes.
Dépouté, maire d'Avranches, président de la communauté de communes, je suis comme on dit «un cumulard». Et fier de l'être.

Le cumul des mandats, c'est du travail mais c'est tout bénéfice! 
Un maximum d'avantages pour peu d'inconvénients.
Politiquement je règne en maître dans le soud Manche. 
J'étouffe toute émergence de concurrents sur le territoire. 
Je ne veux voire qu'une seule tête qui dépasse : la mienne.

Et puis financièrement ça paie. L'intérêt du cumul des mandats : on travaille à temps partiel et on est payé à temps plein. N'est-ce pas génial?
Avec plus 16.400€ brut par mois (lire ici) c'est vrai que je n'ai pas trop de soucis pour boucler les fins de mois.

Ceci dit pour revenir au blog, je suis donc un peu à la ramasse.
Il y aurait tant de choses à dire de mes actions que ce soit le mariage pour tous, les communiqués de presse que je balance dans les rédactions (sur les dérives religieuses dans le sport, les salles de shoot, ...), le bordel des déchets ménagers sur le canton, la vidéo-protection (terme plus «doux que je préfère à celui de vidéo-surveillance) à Avranches et j'en passe et des meilleurs.
Mais chaque chose en son temps. 
Aujourd'hui je vais aborder d'un sujet d'actualité. La transparence en politique appliquée à moi-même.

Reconnaissons que je n'étais pas un adepte de la communication, appliquant un principe qui a fait ses preuves: «moins les gens savent mieux c'est».
Mais avec internet, les fouineurs et les emmerdeurs de tout genre (genre le blog avranches (dés)informations (cliquer ici), l'association le Trop Plein (cliquer ) ... et autres élus d'opposition, ...) il faut faire des concessions. Et même anticiper de manière offensive.

Un exemple : les déchets ménagers. Le bazar lié au nouveau mode de collecte des ordures sur le territoire de l'Intercom a poussé un conseiller municipal d'opposition Philippe Droullours à demander des documents auprès de la communauté de communes (dont je suis président si vous suivez bien).
En l'absence (volontaire?, à votre avis) de retour, il menaçait de porter l'affaire sur la place publique voire de saisir la CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs).

Pour couper court à ces insinuations de rétentions d'informations, j'ai fait deux déclarations prononcées lors des cérémonies des voeux en janvier 2013 (ville d'Avranches et Communauté de communes) qui feront date :
  • Voeux - ville d'Avranches - jeudi 10 janvier 2013 :
«Tous ces projets [de la ville, NDLR] ont nécessité en 2012 et nécessiteront en 2013 des financements. 
J'ai parlé toute à l'heure des finances publiques. Le budget de la ville parce que c'est une information vous est dûe, pas seulement à la cérémonie des voeux, mais aussi en mars avril dans Avranches communication [la publication municipale, NDLR] et à chaque fois que l'on peut vous donner des informations de nature financière et fiscale on le fait parce qu'on doit le faire
vidéo :



la vidéo complète de la cérémonie : ici
  • voeux - communauté de communes d'Avranches -  le lundi 21 janvier 2013 :
«Je ferais remarquer, chacun pourra le vérifier, j'indique par ailleurs que les documents [sur le nouveau mode de collecte des déchets ménagers, NDLR] sont accessibles à tout le monde au nom de la loi.
Même si la loi n'existait pas - la loi sur la commission d'accès aux documents administratifs - je me ferais un devoir à qui le demandera, encore faut-il le demander clairement, les documents relatifs à ce dossier.»
vidéo :



la vidéo complète de la cérémonie : ici

Dans les semaines qui ont suivi, devinez, l'élu a obtenu des documents. 
Vous voyez bien je ne cache rien.
Quant au blogueur sus-mentionné qui m'a écrit le 7 mars dernier pour obtenir une copie du débat d'orientation budgétaire et les rapports des comptes administratifs de la ville d'Avranches pour les mettre sur son site internet (lire ici), je vais le faire patienter un peu. 
J'ai un tantinet peur qu'il n'y trouve à redire sur les montants des procédures contentieuses engagées par la ville l'année dernière et sur le coût de la vidéo-protection.
Sur ce dernier point, je suis surpris qu'aucun journaliste n'ai réagi au montant donné par M. Lecardonnel, mon futur adjoint au finances d'après les élections municipales de 2014 : il en coûtera 120.000€ alors qu'il était annoncé à 205.000 en décembre dernier. Le budget divisé par deux (lire ici).
Bizarre, bizarre comme dirait Albert (comprenne qui pourra).

Heureusement que les journalistes de Médiapart ou du Canard Enchainé n'enquêtent pas à Avranches, ils auraient vite fait trouver et pas trop profond des «cadavres».

Je promets plus de transparence. Je le repête «quoisiment» (j'aime bien cette expression) à chaque conseil municipal et AG de communauté de communes.
On appelle cela un élément de langage. J'ai appris cela lors d'une formation des cadres du PMU, il y a quelques mois.
Le plus compliqué est de mettre cela en pratique. Cela n'est pas dans ma nature.

A l'exemple, on y revient, de la vidéo-protection qui sera installée à Avranches courant 2013. Mes administrés l'ont appris dans la presse. Une fois que le projet ait été voté  par le  conseil municipal tout à ma botte. Naturellement sans aucun débat public ou information préalable. (lire le dossier ici ou billet )

Mais promis, je vais faire mieux. Je vais prendre ce 1er avril 2013 deux engagements. Sur lesquels on me jugera.

Le premier est la communication du bilan financier 2012 du Scriptorial, mon musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel.
Chaque année l'opposition municipale ne se satisfait pas du rapport qui leur ait remis concernant le musée et réclame son coût de fonctionnement.
Il est vrai que le rapport ne contient aucune donnée comptable seulement les chiffres de fréquentation (que l'on dit gonflées, pure spéculation) et le compte-rendu des expositions temporaires avec de très belles photos en couleur prises par le service com'.
Tout le monde sait que j'ai les données financières. Les agents de la  direction des finances et du contrôle de gestion de la ville ne sont pas plus bêtes qu'ailleurs, ils maîtrisent la comptabilité analytique.

Mais si je ne communique pas les chiffres, c'est qu'ils ne sont pas bons. Et pour ne pas me faire critiquer par l'opposition et mes administrés je censure.
Cette année avec mes beaux discours, il va falloir que je mette mes paroles en acte.
Les avranchinais ont donc droit de connaître combien coûte mon musée.  
«L'information leur est dûe» ai je dit, ils l'auront lors du prochain conseil municipal au vote du budget primitif début avril (lire ici).

Mon deuxième engagement concerne l'utilisation de ma réserve parlementaire.
Comme chacun sait chaque parlementaire (député et sénateur) dispose chaque année d'une enveloppe financière allouée par son parti ou son mouvement.
Cette enveloppe permet aux parlementaires de subventionner les associations et collectivités de leurs choix dans leur circonscription.
Dans la plus totale opacité. Le montant et destinataire de subvention ne sont pas publiés dans le Journal Officiel ni sur les sites internet de l'Assemblée Nationale ou du Sénat.
Cette absence de communication à l'origine, selon certains, de toutes les dérives et favoriserait le clientélisme. Les grands mots.

D'autres (peut-être les mêmes) remettent en cause la justification de cette réserve qui représente la somme rondelette de 148 millions d'euros par an (90 millions pour l'Assemblée Nationale et 58 pour le Sénat, lire ici).
En période de réduction des dépenses publiques, il y aurait là, pour les détracteurs, des économies qui ne coûteraient pas chères ...

En 2002, un sénateur DVD Jean-Louis Masson a souhaité plus d'éthique dans l'utilisation de cette réserve (lire l'article de Libération). Notamment interdire toute subvention à des associations dans lequel l'élu a un intérêt.
Heureusement que sa proposition a été enterrée sinon je n'aurais pas pu financer une partie des travaux de rénovation de la basilique Saint-Gervais de ma ville (mettant dans ma poche les électeurs catholiques) ou pire l'association des opposants du centre d'enfouissement des ordures de Cuves «SAS les Champs Jouault» dans le sud Manche (cf. article de Ouest France du 19/12/2011 - lire le pdf)
Cette association multiplient les procédures contentieuses contre des arrêtés préfectoraux d'autorisation de ce centre de déchets (lire le pdf source Manche-Libre).
C'est vrai que subventionner avec de l'argent public une association qui attaque l'Etat en justice, c'est plus que moyen. 
Mais c'est le prix pour s'assurer des voix aux élections législatives et pour nuire à mes opposants qu'ils soient politiques (ex Bernard Tréhet à Brécey; relire ) ou autres. 
Il pourrait en être de même avec les associations qui lutt(ai)ent contre la Maine ligne THT Cotentin ou contre l'arasement des barrages sur la Sélune.
Je croise les doigts pour que ces infos ne parviennent pas à l'association Anticor.

Quelques députés ont publié le détail de l'utilisation faite de leur réserve.
Cette démarche a été soulignée par le quotidien gauchiste Libération, lequel invite chaque parlementaire à faire de même.
Le journal a mis en ligne sur son site web deux cartes de la transparence (une pour les députés et l'autre pour les sénateurs) où sont mentionnés les noms des parlementaires  «transparents» et le lien internet vers leur blog (voire ici).
Fin février 2013, plus de 100 parlementaires ont joué le jeu. Sur 925 (577 députés et 348 sénateurs) représentant à peine 11% du total. 
On remarquera que sur les cartes les parlementaires de droite ne brillent pas niveau communication de leur réserve.

Je vais redorer le blason en montrant qu'à droite on peut aussi communiquer et que dans la Manche je suis un avant-gardiste comme pour le maintien du numéro du département sur les nouvelles plaques d'immatriculation (lire le dossier).

Très prochainement la liste des associations et collectivités bénéficiaires de mon obole en 2012 sera publiée sur mon blog.
Il en sera de même pour les années à venir.
Au moins jusqu'en 2017 année des prochaines élections législatives où je devrais être ré-élu dépouté pour la troisième fois.
Avec un rêve : égaler mon collègue Didier Julia. 11 mandats de députés et 45 années à l'Assemblée Nationale (lire ici). Ca force le respect non?

poisson d'avril 2013

mardi 6 novembre 2012

moi, Gwénaouël Houet, dépouté-maire d'Avranches et mon Tour de France 2013

Vous pouvez me remercier et m'envoyer des courriers de félicitations.
Le Tour de France sera à Avranches l'année prochaine.
L'information a été communiquée la semaine dernière dans la presse locale et la télévision régionale.

C'est une excellente nouvelle, même si cela n'était pas réellement une surprise pour moi.
Je l'avais annoncé le 1er avril dernier sur ce blog 
(lire ici).
Bon, la grande boucle ne partira malheureusement pas d'Avranches avec plusieurs étapes envisagées dans le sud Manche dont une à Sourdeval chez mon ancien souppléant Albert Bizare. Dommage.
Néanmoins Avranches sera la ville-départ de la 11ème étape, le mercredi 11 juillet 2013.
Elle accueillera un contre-la-montre individuel avec une arrivée au Mont-Saint-Michel.
Le spectacle devrait être magnifique. Et puis même si cela ne devait pas être le cas, je vais bien en profiter.

Je me vois déjà dans la voiture du directeur du Tour de France, Christian Prodhomme, sur le podium à remettre aux vainqueurs fleurs ou couronnes et sur 
«l'Après Tour», le plateau télé de France 2 en tant qu'invité de Gérard Holtz.
La GLOIRE.
A quelques mois des élections municipales de 2014, cet évènement devrait éclipser mon bilan qui devrait être aussi positif que celui précédent les élections législatives de juin 2012 (lire ). 


Comme vous le savez, le vélo est ma passion et la politique mon métier depuis j'ai compris que je ne serais jamais un champion cycliste à l'image de Richard Virenque ou de Lance Armstrong.
En fin policard, j'ai vite compris l'intérêt que cette discipline sportive pouvait m'apporter pour ma carrière politique dans le sud Manche, terre du vélo.
Ma présence sur les courses cyclistes du coin est appréciée. Ça fait le gars qui s'intéresse ...
Et aux élections c'est le retour sur investissement.
Sans oublier la réserve parlementaire qui facilite le clientélisme. L'année dernière je disposais de la modique somme de 120.000 euros que j'ai pu distribuer à mon bon vouloir mais dans le respect de la loi. Le vélo n'a pas été oublié ...
Je publierai un billet sur ce sujet prochainement.


Dans les mois à venir il faudrait faire le tour des maisons de retraite d'Avranches pour proposer aux anciens la possibilité de suivre l'étape avec le mini-bus de la ville d'Avranches.
Si cela peut m'apporter des voix supplémentaires aux municipales.
Et le dimanche des élections, ne pas oublier de leur rappeler «c'est grâce à qui vous avez pu assister au Tour de France inside, hein?».



En tout cas, je suis plus efficace pour avoir le Tour de France à Avranches que pour obtenir des crédits à la réalisation du contournement autoroutier à l'est de la ville qui permettrait de désenclaver le Mortainais (lire ici) ... 
Mais, je ne peux pas être bon partout.

Une chose est certaine, le 11 juillet 2013 il n'y aura pas de sacs poubelles à trainer dans la ville (lire ici). Je prendrais les mesures qui s'imposent pour la commune soit toute propre. 

Je suis rassuré que le passage du Tour de France à Avranches précède les étapes dans les Alpes et notamment la double montée de l'Alpe d'Huez prévu jeudi 13 juillet. 
Dans le cas inverse, avec tous ces contrôles anti-dopages, je pouvais craindre qu'il n'y ait pas assez de coureurs au départ du contre-la-montre ...

vidéo : le Tour de France par les Guignols de l'Info (Canal+)

- Watch More Funny Videos

dimanche 30 septembre 2012

moi, Gwénaouël Houet, et ma rentrée politique - infos intox

Tous les ans, comme les enfants, je fais ma rentrée. 
Elle n'est pas scolaire mais politique.
Même si parfois, vu mes carences en droit, je devrais retourner à l'école ou en fac pour me remettre à niveau. 
Mes lacunes juridiques sont certainement l'explication pourquoi je ne suis plus en commission des lois à l'Assemblée Nationale (AN), mais en celle des affaires culturelles et de l'éducation (AN), hélas moins prestigieuse. On y reviendra. (photo à droite source : www.ouest-france.fr)
En début de semaine dernière, j'ai convié les journalistes des publications locales - Ouest-France, la Manche-Libre et la Gazette de la Manche - à ma permanence parlementaire sise rue du Jardin des Plantes pour présenter ma rentrée politique.
Ce rendez-vous a été l'occasion de dire tout le mal que je pense du gouvernement de gauche d'Ayrault, maintenant que je suis dans l'opposition, et malheureusement de répondre aux questions parfois embarrassantes d'un journaliste, notamment sur le nouveau mode de collecte des déchets ménagers à Avranches.

Les articles ont été publiés mardi 18 septembre 2012 pour le quotidien et le lendemain mercredi pour les hebdomadaires.
Ils reproduisent quoisiment fidèlement la teneur de la réunion même certains points sont abordés dans certaines publications et pas dans d'autres.
A la lecture des coupures de presse, Antoine, mon fidèle attaché parlementaire et futur conseil général du canton (enfin je l'espère) s'est dit estomaqué. 
Il m'interpelle : «Gwénouaël, personne ne va croire ce qui est écrit».
«Mais si» je lui réponds. «Les gens du sud Manche sont si naïfs et si peu au fait de l'actualité qu'ils vont tout gober». «Comment crois-tu que j'ai été réélu dépouté
«Tu devrais le savoir depuis que tu es dans mon équipe et prendre des notes si tu veux faire carrière...»
Pour ceux qui découvriraient ce blog (mieux vaut tard que jamais), démagogie et populisme sont les bases de ma doctrine avec le cyclisme. Le tout formant le Houetisme.


Dorénavant sur ce blog, je ferais un décryptage de mes interviews, prises de position et communiqués de presse en séparant le bon grain de l'ivraie ou en informant ce qui est de l'info de l'intox.
Du travail en perspective!
Tout d'abord je vous laisse le soin de lire les trois articles avant de faire l'analyse critique.
Ouest-France (mardi 18 septembre 2012, édition sud-Manche)



la Gazette de la Manche (mercredi 19 septembre 2012)




la Manche Libre (mercredi 19 septembre 2012, édition Avranches et Granville)




C'est fait, vous avez bien lu et ri. Non? Tant pis.

Passons aux choses sérieuses et reprenons les sujets point par point.
Etant dorénavant dans l'opposition, j'attaque sans ménagement le gouvernement écolo-socialiste dirigé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Comme l'écrit Ouest-France, dont on regrette que l'article ne soit pas signé (mais les habitués auront reconnu la patte de l'artiste), «Guénhaël Huet ne mâche pas ses mots à l'égard du gouvernement socialiste» mentionne le quotidien.
Fiscalité, emploi d'avenir, mariage homosexuel, ... tout est bon à la critique.
La fiscalité est le thème central de mon intervention. «A part le matraquage fiscal, je n'ai rien vu» clame-je haut et fort aux trois journalistes présents qui ont repris cette expression dans leur papier.
Je dénonce la défiscalisation des heures supplémentaires.  En effet, les salariés vont dorénavant payer des charges sociales sur ces heures travaillées en plus. 
Je fais écrire cela pour faire plaisir à mes bons et loyaux électeurs. Mais entre-nous, n'était-il pas normal que celui qui travaille plus pour gagner plus, paie les cotisations sociales correspondantes?
Les gens oublient que ces cotisations financent les régimes d'assurances maladie, chômage ou les retraites. 
Dont ils bénéficient ou bénéficieront un jour ou l'autre...
Comme je l'ai écris dans mon précédent article (lire ici): «les français veulent le beurre, l'argent du beurre et ...» 
Chacun doit comprendre qu'on ne peut plus maintenir ce dispositif dans le contexte actuel de crise.
Je l'écris mais je ne le crie pas sur les toits, sinon on me critiquerait et les électeurs ne voteraient plus pour moi.
C'est comme pour la ligne THT Cotentin-Maine, j'étais contre. J'oublie volontairement de rappeler quand j'étais conseiller général du canton d'Avranches, j'ai soutenu la construction de l'EPR qui est la cause de la ligne THT. 
Le projet de la ligne THT et l'intransigeance RTE, l'entreprise gestionnaire, ont été une bénédiction pour moi. 
J'ai défié RTE, j'ai exigé l'enfouissement de la ligne 400.000 volts à Chevreville sachant pertinemment son impossibilité technique, ... 
L'important en politique c'est d'être au devant de la scène, montrer aux électeurs que l'on existe.
Même si je n'ai fait, vu les résultats, que brasser du vent. Je suis le Don Quichotte du sud de la Manche(a) en quelque sorte (photo à droite).

Pour rester dans le sujet, samedi 29 septembre 2012 a eu lieu une manifestation anti-THT à Avranches.
«Toi, Gwénaouel, l'anti THTOn t'as pas vu dans le cortège» m'interpelle un plaisantin au bar de l'Union, situé face à la mairie. Très drôle. Je me suis gardé de lui répondre. 
Le dossier THT, pour moi, c'est du passé. Il n'y a pas d'échéance électorale prochainement et puis côtoyer des gauchistes et des écolos non merci! 

Pour revenir à ma rentrée politique et à la fiscalité, j'ai critiqué la fusion de l'impôt sur le revenu avec la CSG envisagée par la gauche. 
Ne me demandez pas pourquoi. Je n'en sais rien. La fiscalité c'est un peu comme si vous me parliez de la théorie de la relativité d'Einstein ou de la zumba. Je n'y comprends pas grand chose. Alors pourquoi avoir évoqué ce sujet avec la presse puisque le gouvernement semble avoir reporté cette réforme à plus tard.
Comme toujours pour effrayer les (é)lecteurs et (é)lectrices.

Dès qu'on parle d'impôt, les gens s'inquiètent, de crainte d'en payer plus. 
Pourtant même à droite, au sein de mon mouvement, des personnalités sont favorables à la fusion de l'IR et de la CSG.

Par exemple Jean-François Copé que je soutiens pour qu'il soit à la tête de l'UMP. Au printemps 2010, il avait déclaré souhaiter la fusion de l'IR avec la CSG et le CRDS, précisant que la réforme favoriserait les classes moyennes (cf. le Figaro).

Il n'est pas exclu dans quelques mois que je ne change pas d'avis, à l'exemple de la TVA sociale (lire ici). Je suis comme cela, une vraie girouette, toujours dans le sens du vent.

Pareil pour le mariage des homosexuel(le)s et de l'adoption «pour tous» «j'y suis opposé. Le mariage, c'est un homme et une femme. Je m'y opposerai autant que possible à cette loi» reprend la Manche Libre.
Cette prise de position n'est pas nouvelle. Je l'avais martelé lors des dernières législatives pendant mes réunions publiques. Ce discours plaît bien à mon électorat réac et catho du sud Manche.
J'ai beau paraître cool et décontracté avec le col ouvert de ma chemise, mais en réalité je suis vieille France, complètement à l'ouest par rapport à l'évolution de la société. 
Autour de cela, il y a quelques mois j'avais critiqué la théorie du genre sexuel qualifiée sur mon vrai blog de «balivernes idéologiques» (lire ici).
C'est pour vous dire mon degré d'ouverture d'esprit et le niveau de mes connaissances sur ce sujet. 
Si j'avais été député en 1999, il est certain que j'aurai voté contre la loi relative au PACS. Comme Christine Boutin, j'aurais eu trop peur, à l'époque, que cette loi ait comme conséquence la déliquescence morale de la société (lire ici).

Autre point de critique contre le gouvernement : les emplois d'avenir. «Les zones rurales ne sont pas prioritaires dans ce dispositif» publie la Manche Libre. L'hebdo poursuit en reprenant toujours mes propos «cela veut dire qu'un habitant de Juvigny-le-Tertre n'a pas le droit au contrat d'avenir mais qu'un étranger habitant Mantes-la-Jolie (zone urbaine sensible) y a droit. Si un étranger a plus de droit qu'un ressortissant français, nous allons dans le mauvais sens».
Ces propos volontairement populistes sont naturellement inexactes mais ils vont faire mouche dans les campagnes.
L'antienne «les étrangers qui mangent le pain des français» cela plaît au bon peuple peu informé de la réalité. 

Il est vrai  que je n'ai pas bien compris le projet de loi sur les emplois d'avenir. C'est toujours Antoine mon attaché parlementaire qui me l'a expliqué.

A la lecture du projet de loi (lire ici), les emplois d'avenir ne concerneront que les jeunes âgés de 16 à 25 ans sans diplôme originaires des zones urbaines ou rurales où le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale.
Ainsi, l'exemple de Juvigny-le-Tertre a certainement été mal choisi. Parce que déjà les jeunes sur cette commune ne sont pas nombreux, ils représentent environ 10% de la population (cf. INSEE).
La faible proportion des jeunes est la cause de l'inertie des élus et politiques qui pendant des décennies n'ont rien fait pour désenclaver le Mortainais et attirer les entreprises et donc l'emploi.
Moi-même je n'ai pas pu obtenir du gouvernement de droite le financement du contournement "est" d'Avranches de l'autoroute A84 qui aurait désenclavé le Mortainais (lire ici).
Conséquence les jeunes quittent le territoire en recherche de travail. De plus avec la fermeture du collège du Juvigny sous mon mandat précédent (lire ici),  je doute que les jeunes couples viennent s'installer dans la commune.
Même en l'absence d'information sur le nombre de jeunes sans diplôme et sur leur taux de chômage, on peut douter que Juvigny-le-Tertre bénéficie des emplois d'avenir. 
Contrairement à des agglomérations plus importantes où le taux de chômage des jeunes est très important.
Le qualificatif «étrangers» est bien choisi pour ma démonstration mais fausse. 
Car si ces jeunes, souvent originaires des "cités", sont nés en France, même de parents étrangers, ils sont français. Par le droit du sol. 
Ça je me garde bien de le dire. Cela nuirait à mon argumentaire.
Comme je le dis : il faut remonter les uns contre les autres, créer de l'anxiogène, ... C'est un terreau inépuisable.
Toujours dans ce relent limite xénophobe mais qui plait, je dis, sur l'aide médicale d'Etat, que ce sont «les personnes de nationalité étrangères, souvent en situation irrégulière, qui bénéficieront d'une couverture médicale sociale» (cf. l'article de la Gazette de la Manche).
Sur ce point, je ne suis pas certain que mes électeurs catholiques et humanistes aient apprécié.
Mais comme je répète mon discours populiste peut ne pas plaire à tout le monde.

Après les sujets nationaux et de société, j'ai abordé les sujets locaux. A la demande des journalistes, surtout d'un. Celui de la  Manche-libre. Toujours à poser des questions dérangeantes. Se prendrait-il pour un vrai journaliste?

Ont été évoqués les barrages sur la Sélune, les navettes au Mont-Saint-Michel et la collecte des ordures ménagères sur le canton d'Avranches.
«Araser les barrages est une imbécilité technocratique» reprend la Manche Libre. 
Je sais que je suis un peu «borderline» au niveau de l'expression. Mais il faut appeler un chat un chat. 
Et je répète que c'est une connerie sans nom de détruire les barrages. 
Même si l'Etat et EDF risquent d'être condamnés à des amendes importantes par l'Europe et les juridictions administratives parce qu'aucune mesure n'aura été prise pour 1 - permettre la libre circulation des poissons sur la Sélune - cours d'eau classé poissons migrateurs - et 2 - rétablir la qualité de l'eau.
Avec cette prise de position, je me suis garantis les voix des défenseurs des barrages aux dernières élections législatives.
Comme je l'ai déjà dis au cours d'un précédent article (lire ici) mon intérêt personnel (mes ré-élections) prime toujours sur le reste, même sur l'intérêt général. 
Il faut reconnaître que le dossier est plié. Mais je fais croire le contraire pour que les gens pensent que j'ai encore une efficacité sur la circonscription. Les naïfs, s'ils savaient ...
Sur le dossier des navettes du Mont-Saint-Michel, j'ai appris par la presse qu'il y avait des problèmes. Il parait que les parkings sont trop éloignés des navettes et que les commerces situés à la Caserne connaissent une baisse de fréquentation et de chiffre d'affaire.
Il est vrai que je ne peux pas tout suivre de près. Avec mes mandats de député, de président de la communauté de communes du canton d'Avranches (ci-après C3A) et de maire d'une ville de plus de 8.000 habitants, ce n'est pas toujours facile de suivre tous les dossiers locaux.
Question d'organisation sans doute. 
Mais hors de question de toucher à la loi sur le cumul des mandats que souhaite remettre en cause les socialos. L'actuelle loi est très bien comme cela.
Tiens cela me fais penser pourquoi les journalistes ne m'ont pas interroger sur ce sujet. Un oubli sans doute?
Pour revenir aux navettes, ne maîtrisant pas bien le dossier, je botte la question en touche : «il faut maintenir la situation telle qu'elle est et mieux informer».
Mieux informer c'est certainement ce que j'aurais du faire concernant le nouveau mode de collecte des déchets ménagers mis en place sur le canton d'Avranches par la C3A. 
Depuis le 1er septembre 2012, les gens râlent sur le canton. Ils n'ont pas été prévenus des nouveaux horaires de collecte des déchets en centre-ville. De même, en campagne, c'est la chasse aux conteneurs, car tous n'ont pas été installés à la rentrée sur l'ensemble du territoire, la faute aux autres notamment aux entreprises. Sans oublier les conteneurs pleins, les dépôts sauvages, ... 
En quatre mots, c'est le bordel (lire mon article sur ce sujet ici).
Mais hors de question de porter seul la responsabilité de ce chaos même si je suis le président. «Deux tiers des élus intercommunautaires ont voté pour ce dispositif» reprend la Manche-Libre, le seul journal qui a relaté cette problématique.
Mais comme disait Casimir, gentil monstre, que je regardais à la TV quand j'étais jeune, il faut toujours voir les choses du bon coté et rester positif : «l'apport volontaire présente des inconvénients mais l'avantage est que l'on peut les apporter quand on veut. Complétant «d'ici trois mois, les problèmes seront réglés».
Je devrais faire un développement plus complet sur ce sujet dans les jours à venir après mon point-presse de vendredi 28 septembre à la Communauté de Communes, en présence d'élu et d'agents de la C3A et du responsable de la société prestataire SPHERE.

Sur ce je vous laisse et surtout n'oubliez pas de respecter les consignes de tri et les modes de dépôts des déchets sinon je vais sévir ...